Article Lavenir.net « Jodoigne: père et fils titulaires et buteurs »

Le père et le fils titulaires et buteurs en équipe première, cela s’est passé à Jodoigne, dimanche dernier, avec la présence de Quentin Lisman (22 ans) aux côtés de son papa, Benoit. Ce dernier est toujours d’attaque à… 47 ans. «Je n’ai pas de bobos et je prends toujours autant de plaisir, indique l’intéressé. Avec Quentin, nous avions déjà joué ensemble en matches amicaux, tournois, etc. Mais, c’était la première fois en match officiel. Cela s’est super bien passé. Sur le terrain, c’est un joueur comme un autre, mais c’est toujours agréable de jouer avec son fils.»

Quentin a aussi apprécié l’expérience «même si papa a toujours été un compagnon de foot pour moi, sourit le fiston. On a fait un bon match contre Bierges, mais on peut encore faire mieux car l’adversaire a profité de nos faiblesses pour marquer trois goals.»

En début de saison, Quentin faisait partie du noyau de P1. «Le but est le maintien, mais il ne faudra pas laisser trop de points. J’ai arrêté pendant quelques semaines et là j’essaye d’aider la P4. Pour l’instant, l’équipe fait le job. En fait, je ne me mets pas trop la pression car je suis en troisième année de marketing et je vais bientôt partir en Erasmus à Madrid.»

Benoit est confiant: «On a ce qu’il faut pour assumer notre statut de favori car plusieurs joueurs sont d’anciens titulaires en P2 et Jo (Fargeon) est un excellent coach. Quant à Quentin, il a d’énormes qualités, mais il doit encore progresser pour passer un palier.»

Angélie, buteuse chez les filles

Le football est une véritable institution chez les Lisman. En plus de Benoit et de Quentin, il y a la fille, Angélie (19 ans) qui a marqué deux buts, le week-end dernier, lors de la victoire de Jodoigne à Braine (1-8). «On va la voir régulièrement, précise Benoit. Pour elle aussi, ça se passe super bien. L’équipe est montée en P1 l’année passée et occupe la deuxième place.»

Quentin ajoute: «Elle soigne ses stats en marquant régulièrement. Elle a été repositionnée sur le flanc droit, mais ça lui va bien aussi. Si l’équipe est championne, la D2 pourrait être une bonne expérience.»

Source Lavenir.net