Article Lavenir.net « Jodoigne B a gagné sa finale en patron »

Le score est lourd pour Stéphanois qui a complètement craqué à 5-2 et à dix contre onze. Tout a souri à Jodoigne qui a décroché le titre, hier.

 

À la peine lors de ses deux derniers matches, Jodoigne a relevé la tête pour remporter sa finale et s’offrir le titre de champion, ce dimanche après-midi. «Comme c’est le cas depuis le début, la flamme a continué à nous habiter et quand ça se termine de cette façon, ce n’est que du bonheur», savoure le T1, Jo Fargeon, porté en triomphe par ses joueurs après le coup de sifflet final. «J’ai toujours cru en mon groupe qui possède d’énormes qualités, à la fois footballistiques et humaines. Et même si ce fut un peu plus compliqué ces deux dernières semaines, on a fait le travail en prouvant que l’on possédait la plus belle équipe. Je suis donc très satisfait.»

Il n’y a pas eu photo dans le match d’hier. «J’avais déjà scouté Stéphanois à deux reprises. Lorsqu’on l’a rencontré une première fois, il y a dix jours, on avait déjà eu la maîtrise du match, mais on n’avait pas été efficace devant. Nous avions analysé cette défaite, mis des choses en place pour que cela ne se reproduise plus, et cette fois notre victoire fut largement méritée.»

Les Jodoignois ont donc assumé leur statut de favori. «Quand j’ai signé ici, je ne m’en suis jamais caché. En tant que compétiteur, mon challenge était d’être champion, j’ai tout donné pour y arriver, et tant pis pour ceux qui pensaient que ce ne serait pas possible. C’était peut-être en P4, mais j’ai pris beaucoup de plaisir.»

Reste à savoir quel visage montrera l’équipe B du club, lors du prochain exercice, en P3. «Je vois les choses positivement car je m’étais donné trois ans pour réussir et on est en avance. On va poursuivre dans la continuité puisque tout le monde veut rester et on va certainement se renforcer avec deux ou trois joueurs. Pour ma part, je suis convaincu qu’on pourrait jouer le Top 5. On va donc travailler, se fixer des objectifs et rester ambitieux.»

En attendant, les festivités ont battu leur plein à la Cabouse. «On va fêter ça jusqu’au petit matin, assurait Jo Fargeon. J’ai d’ailleurs pris congé spécialement pour l’occasion!»

Benjamin ROWET, Capitaine de Jodoigne
« La manière et la fierté »
« On l’a fait avec la manière car on a directement pris le match en mains. OK, on a quand même encaissé deux bêtes goals, mais on l’oublie très vite quand on est champion. Je pense que nous avons été au-dessus pendant toute la saison au niveau du jeu proposé et on a su répondre présent dans ce dernier match. Bien sûr, on s’est parfois fait un peu peur, on le doit principalement à un manque d’envie ou bien à un manque d’expérience qui s’explique par l’intégration de quelques U19 dans le noyau. Mais, un gros travail a été effectué tout au long du championnat grâce à un entraineur qui nous a apporté de la sérénité et de l’envie. Au final, remporter ce titre constitue une grande fierté. Là, on est tous très chauds pour aller défendre nos chances en troisième provinciale, la saison prochaine. » 

Jawad Tahraoui, meilleur buteur de Jodoigne
« Un championnait terrible »
« On a un peu traîné pour décrocher ce titre. C’était un championnat terrible qui s’est joué au dernier match avec deux équipes qui ne pouvaient pas se contenter d’un partage. On a rarement vu ça ! Il y avait un peu de stress avant le match, mais on a essayé de faire le vide, on était motivé et on a fait le boulot. On a eu la chance de marquer trois goals rapidement, mais Stéphanois nous a parfois fait peur en revenant à 3-1 et à 4-2. Après, leur première exclusion nous a aidés. On respecte donc l’adversaire, on le félicite pour sa troisième place, et on félicite Rixensart pour la deuxième. En ce qui me concerne, j’aurai marqué trente-et-un goals cette saison, ce qui est toujours intéressant à titre personnel, mais je ne peux pas marquer sans mes équipiers. Je préfère donc être champion. » 

VITE DIT
Collin blessé à l’échauffement Blessé à l’échauffement, Kevin Collin a dû laisser sa place à Maxime Joyeux. Dans l’autre camp, Liuzzi et Nouhi sont sortis blessés en première mi-temps.

La boucle d’oreille de Vandersmissen La montée au jeu de Jonas Vandersmissen a été refusée par l’arbitre en début puis en fin de match. La cause ? La boucle d’oreille de l’intéressé pourtant recouverte par un sparadrap. « Tu nous as dis oui à la mi-temps », s’est emporté son coach, Patrick Sempoux, envers l’arbitre, ce qui lui a valu d’être exclu de la zone neutre.

Frayeur pour Igor Closse Il restait quelques minutes à jouer lorsque le milieu de terrain jodoignois s’est effondré dans le rectangle adverse et a été pris de convulsion. Plus de peur que de mal puisque l’intéressé, visiblement victime d’un coup de chaleur, a repris ses esprits.

La fête à Stéphanois Malgré la défaite d’hier, les joueurs de Court-St-Étienne sont retournés dans leurs installations pour fêter la montée en P3.

Source Lavenir.net